Trois chambres funéraires découvertes dans le temple de Quetzalcoatl

first_imgTrois chambres funéraires découvertes dans le temple de QuetzalcoatlAu Mexique, le temple du serpent à plumes ou pyramide de Quetzalcoatl, vient de livrer de nouveaux secrets. Grâce à un robot baptisé Tlaloc II-TC, trois chambres funéraires jusqu’ici inconnues viennent d’être découvertes.C’est sous le temple du serpent à plumes, dans la cité mésoaméricaine de Teotihuacan (site de 83 km²), au Mexique, que viennent d’être découvertes trois chambres funéraires. Une surprise pour les archéologues qui s’attendaient à n’en trouver qu’une seule. Si des recherches ont été menées à cet endroit précis, c’est suite à d’importantes pluies qui, en 2003, ont dévoilé l’entrée d’un réseau de tunnels à proximité de la pyramide de Quetzalcoatl.Les recherches archéologiques avaient déjà permis de découvrir plusieurs milliers d’objets en jade, pierre ou coquillage, des céramiques, ainsi que des chambres dites intermédiaires. Ce n’est qu’en 2011 que des études radar ont révélé l’existence d’une galerie passant sous le temple mais qui avait été comblée. Difficile d’accès, les 35 derniers mètres de la galerie de 100 mètres de long ont dû être visités par un robot télécommandé, le Tlaloc II-Tc. C’est lui qui à permis de découvrir les chambres funéraires le 22 avril.Un robot peut en cacher un autre Ce robot, ainsi nommé en référence au dieu de la pluie aztèque, a été capable de se faufiler et à évoluer dans ces zones étroites grâce à ces chenilles : les deux chenilles antérieures sont capables de s’orienter dans le plan vertical et ses bras mécaniques peuvent déplacer d’éventuels obstacles. De plus Tlaloc II-TC embarque, à 45 cm du sol, un scanner qui peut prendre des mesures jusqu’à 5 m de distance et qui permet de cartographier les zones explorées. Mieux, le rover principal d’un mètre de long et de 35 kg, abrite un deuxième robot de 40 cm de long seulement.À lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?Ce deuxième robot, lui aussi télécommandé intervient dans les zones qu’il convient d’explorer plus en détails. Il se déplace quant à lui en rampant à l’aide de quatre bras articulés et utilise une caméra infrarouge qui fournit des images précises. Grâce à ces données, les archéologues peuvent évaluer les éventuelles failles ou faiblesses géologiques qui pourraient ralentir le déblaiement de la galerie. Pour aller encore plus loin, Tlaloc II-TC pourrait bientôt embarquer un drone capable de réaliser des vidéos aériennes. Néanmoins, ce quadricoptère devrait être difficile à piloter correctement en raison des mouvements d’air qu’il générera dans la galerie.Quoiqu’il en soit, pour en apprendre davantage sur les coutumes funéraires de ce peuple  précolombien, il faudra que des hommes s’aventurent dans la galerie, comme le souligne le site futura-sciences.com. Selon l’Inah (Instituto Nacional de Antropología e Historia), le temple de Quetzalcoatl serait le troisième site dans le monde a avoir été exploré par un robot pour préparer de futures excavations.Le 27 avril 2013 à 14:30 • Maxime Lambertlast_img read more